Brésil: une nouvelle chasse aux plantes et crustacés

La deuxième expédition de Chris et Stefan Chris Lukhaup, chasseur de crustacés, et Stefan Hummel, chasseur de plantes, se sont rendus dans le sud-est du Brésil, dans la zone frontalière avec le Paraguay et la Bolivie, pour une nouvelle expédition.
Dans l’une des plus grandes zones humides de la planète, ils ont observé la faune et la flore uniques sur et sous l’eau. Cette fois-ci, ils étaient accompagnés de Max Dennerle, le fils de Ludwig Dennerle, fondateur de la société.

 

Journal:

Chasse aux plantes et crustacés: 3e jour

Après une odyssée de trois jours, les deux collaborateurs de Dennerle, Max Dennerle et le «chasseur de plantes» Stefan Hummel, arrivent finalement à l’aéroport de destination Campo Grande, dans l’Etat de Mato Grosso do Sul. Mais le pire reste à venir: nous apprenons que la compagnie portugaise TAP Portugal a embarqué les bagages de Max sur un autre vol. Cela ne pose cependant pas de gros problèmes, puisque nous avons emporté assez de fringues pour pouvoir les partager généreusement. Bien entendu, Max pourrait aussi se promener simplement en marcel puisqu’avec 36°C à l’ombre, il ne fait pas particulièrement frais. Après une brève discussion avec la compagnie aérienne, nous partons déjà en direction de Rio da Prata, notre premier site. Ce cours d’eau, aussi appelé «rivière d’argent», est une région de sources fascinante, avec beaucoup de grandes et petites espèces de poissons. Stefan découvre sous les plantes aquatiques Heteranthera zosterifolia, une espèce présente à foison. Demain, nous poursuivons notre exploration en aval, où nous espérons trouver entre quelques autres espèces. Sur ce site, l’eau est cristalline et nous nous disons qu’en fait, on ne pourrait pas faire plus beau dans un aquarium. La nature est bel et bien un modèle idéal. La seule chose qui nous gêne, ce sont les nombreux petits poissons qui viennent nous mordiller sans cesse, au point de nous faire vraiment mal. Surtout une petite espèce de tétras nous mord régulièrement les lèvres et le visage. Au bout de 3 à 4 heures sous l’eau, le jour commence déjà à tomber et nous devons finalement tirer Max hors de l’eau pour qu’il revienne à terre. Après un copieux dîner, nous nous accordons une nuit bien méritée.

 

La chasse continuera demain!

Stefan, Max et Chris

_______________________________________________

Chasse aux plantes et crustacés: 4e jour

Le deuxième jour au Rio da Prata commence sous un ciel bleu resplendissant. La journée d’hier nous a mis en appétit et nous sommes donc tous très impatients de repartir en exploration sous l’eau. Outre de grands bancs de pacus, nous découvrons aussi quelques prédateurs «dangereux» et beaucoup d’espèces de poissons-chats et de tétras connues en aquariophilie. Des poissons du genre Crenichila se cachent également entre les nombreuses plantes aquatiques. La plante dominante dans ce fleuve est H. zosterifolia, présente en nombre incroyable.

Après avoir passé quelques heures dans la zone de la source, nous partons en aval. La majeure partie du temps, le courant nous emmène par-dessus de superbes groupes de plantes. Mais il existe aussi des rapides qui nous emportent tout simplement et nous font le monde au-dessus de l’eau. Aux endroits les plus profonds, la randonnée subaquatique avec masque et tuba est facile, mais dans les eaux peu profondes, on peut se blesser de temps à autre aux arêtes vives des formations calcaires. Les 2 à 3 heures durant lesquelles nous nous laissons glisser dans l’eau, au gré du courant, filent à toute allure. Au-dessus de nos têtes s’ébattent différentes espèces de singes ainsi que de grands perroquets et des toucans. Globalement, ces quelques heures constituent une expérience incroyable et comptent certainement parmi les plus belles de notre vie. Ici, aux alentours de Bonito, le monde subaquatique est encore intact. Grâce à nos combinaisons en néoprène, nous n’avons froid à aucun moment, malgré une eau relativement fraîche (24°C); après quelques heures de plongée, nous entamons le chemin du retour, épuisés mais aussi très heureux. Max a encore l’occasion de photographier quelques insectes et, selon l’avis de son maître Chris, il a passé la première épreuve avec brio. (Cf. photos)

Une mission si bien accomplie ouvre évidemment l’appétit … Quant au reste, vous pouvez l’imaginer par vous-mêmes: zzzzzzzzzzzz … rrrrooooonnn … zzzzzzzz

Stefan, Max & Chris

_______________________________________________

Chasse aux plantes et crustacés: 5e jour – les premières images

La nuit dernière, nous avons eu un violent orage! Hier, il faisait encore 36°C ; aujourd’hui, la température a chuté à 17°C et devrait rester inchangée toute la journée. Comme nous ne sommes pas ici pour nous amuser (haha!), nous devons aussi partir au boulot dans des conditions météorologiques extrêmement désagréables. Dans la région de Bonito, il y a quelques réserves naturelles et zones de repos ainsi que plusieurs parcs de loisirs. La visite de ces eaux est très bien organisée (elle est prise en charge par www.explore-pantanal.com). Nous disposons d’une autorisation spéciale pour tous les sites et nous pouvons y photographier, filmer et explorer la journée entière, en toute quiétude.

Rien que la vue des Bahia Bonito de l’extérieur est incroyable et fait sauter de joie n’importe quel aquariophile. Nous voyons de jolies plantations assez denses d’Echinodorus macrophyllus qui, en compagnie de Helianthium bolivianum (anciennement Echinodorus bolivianus), se dressent tout près les uns des autres à environ 1 à 2 mètres sous l’eau.

Chris fait une première plongée pour tester la luminosité. C’est le paradis, sous l’eau. Cette vision va certainement rester gravée dans nos têtes. Outre la végétation fantastique, cet aquarium naturel abrite aussi un grand nombre de poissons variés. Nous parvenons également à filmer un crabe. Au bout de quelques heures, nous commençons bien entendu à avoir froid, même dans ces eaux relativement chaudes, surtout parce que nous ne bougeons guère.

Stefan, notre chasseur de plantes, doit déjà quitter l’eau après une heure, en grelottant, alors que Max ne veut toujours pas en ressortir au bout de 4 heures. Sa nouvelle passion est désormais la photographie sous-marine. Avec tant de motifs, la journée passe à nouveau à toute allure. Il est bientôt 17 heures et nous devons quitter le site.

Nous y reviendrons certainement dans les prochains jours, pour en profiter pleinement aussi par temps ensoleillé.

La chasse continuera demain!

Chris, Stefan & Max

_______________________________________________

Chasse aux plantes et crustacés: 6e jour – Goooood Morning Germany …

Notre destination d’aujourd’hui est le Rio Sucuri, à quelques kilomètres à peine de Bonito. La route nous mène le long de nombreux pâturages où broutent des zébus indiens introduits ici. Malheureusement, le déboisage est aussi croissant dans cette région et la forêt doit céder la place aux intérêts des grands éleveurs bovins. Marcelo, notre guide indien, est tout aussi triste que nous de cette évolution. Les grands éleveurs bovins ne se soucient guère de la protection de l’environnement ni de la préservation des forêts.

Bien que la source du Rio Sucuri se situe en plein milieu d’une de ces zones de pâturage, le monde y semble en ordre. Ici aussi, nous disposons à nouveau d’une autorisation spéciale que notre guide nous a procurée, de sorte que nous pouvons explorer ces eaux toute la journée. L’eau y est limpide et pas très profonde.

Stefan parvient à identifier rapidement au moins 10 espèces différentes sur ce site. Les grandes plantations de Potamogeton illinoensis sont particulièrement impressionnantes. Le courant nous entraîne ensuite en aval, par-dessus d’immenses tapis végétaux de cette espèce. Les immenses Pontederia parviflora n’y passent évidemment pas non plus inaperçues.

Après plusieurs heures sous l’eau, nous profitons de l’occasion pour faire quelques photos de l’habitat à partir du bateau. Nous y découvrons aussi une vipère géante qui doit être extrêmement rare dans cette région. L’animal mesure au moins 1,20 m de long et disparaît aussi vite qu’il n’a émergé.

Une fois de plus, Max reste dans l’eau, des heures durant, et se paie un gros coup de soleil à force de flotter à la surface, le dos à l’air.

Après cette journée bien remplie, il nous faut absolument manger quelque chose. Au menu ce soir: viandes de crocodile, de capibara et de sanglier.

La chasse continuera demain!

Max, Stefan et Chris

_______________________________________________

Chasse aux plantes et crustacés: 7e jour – nous parcourons le Rio Formoso

Le Rio Formoso serpente à travers le paysage, également à quelques minutes de route de Bonito. Ce fleuve est un peu plus trouble que les autres cours d’eau, notamment en raison des nombreuses cascades qui ne facilitent pas la photographie sous l’eau. Les racines et les pierres recouvertes de couches de calcaire attirent notre attention.

Après avoir nagé un peu, nous arrêtons la randonnée subaquatique et suivons Marcello qui souhaite nous montrer l’un de ses endroits favoris dans cette partie du fleuve. Dans un bras secondaire, l’eau est cristalline, ce qui nous permet à nouveau de filmer et de photographier La plante dominante est Chara rusbiana, dont l’aspect nous rappelle fortement celui d’un petit cornifle immergé.

Malheureusement, ce bras secondaire ne s’étend que sur quelques mètres, de sorte qu’il nous faut peu de temps pour enregistrer chaque tige et chaque racine sur film ou photo.

Durant notre temps de travail, Marcello a organisé un joli pique-nique pour nous et c’est avec plaisir que nous suivons son invitation.

La chasse continuera demain!

Max, Stefan et Chris

...