Arums et petits Bucephalandras

Les arums sont au programme de ce jour. De Sibu, nous partons en vedette rapide, entièrement climatisée, en direction de Kapit. Après trois heures de trajet, nous accostons pour louer une petite barque en bois qui va nous amener plus loin dans la jungle. En raison de la faible profondeur des eaux, nous devons cependant quitter prématurément la barque et continuer à pied. L’habitat est un ruisseau large d’une vingtaine de mètres, au courant rapide et avec quelques petites chutes d’eau.  

Les berges sont couvertes de beaucoup d’arums et de fougères. La plante la plus fréquente sur les rives est certainement Ooia grabowskii, dont la floraison est ici toutefois un peu plus intense que sur d’autres sites. Nous rencontrons également assez souvent Aridarum paulescens avec des fleurs blanches et des feuilles nettement plus fines. Très rares sont les endroits où nous trouvons une Bucephalandra pygmaea ’Kapit’ aux feuilles extrêmement petites. Les petites Bucephalandras poussent à une distance de quelques centaines de mètres les unes des autres. En étroite compagnie de Bucephalandra pygmaea ’Kapit’, nous rencontrons aussi régulièrement Piptospatha spec. que l’on confond facilement avec Bucephalandra motleyana. C’est pourquoi cette plante convient sans doute aussi à l’aquariophilie.

Nous sommes particulièrement séduits par les fausses feuilles couleur crème aux jolis motifs rouges. Un autre genre de cette famille qui domine ici est Homalomena spec. dont la taille peut atteindre 40 cm et qui, durant la saison des pluies, devrait pousser aussi plus longtemps sous l’eau. A la fin de notre parcours, Stefan découvre Microsorum pteropus ’Trident’, sur une paroi rocheuse glaiseuse. Cette plante est connue dans l’aquariophilie comme une rareté de fougère de Java et possède des feuilles avec une structure vraiment filigrane.           

                                                                                     

...