Aquascaping - c'est quoi?

Aquascaping – Une forme d'art dans l’aquariophilie.

Aquascaping peut être désigné comme étant la forme moderne de l’aquariophilie orientée vers la plante. Depuis que Lugwig Dennerle s’est concentré sur la plante en tant qu’élément essentiel à la stabilité d’un aquarium, Il y a eu différentes façons d’interpréter cette aquariophilie végétale. 
La philosophie Dennerle repose depuis toujours sur l’aquariophilie naturelle, par laquelle on reconstitue un éco-système équilibré reposant sur une forte plantation et peu de technique – dans les premiers prospectus datant des années 70, nous l’appelions « Système pour un aquarium sans problèmes ».  Il ne pas confondre ce principe avec l’aquariophilie qui reconstitue des biotopes, où l’on va chercher à reproduire des espaces de vie pour les poissons, identiques à leurs biotopes naturels.

Hollandais, naturellement japonais, ...

Dans les années 80, la plantation à l’intérieur d’un aquarium végétal s’inspirait la plupart du temps de ce qu‘on désignait le « style hollandais » - une sorte de « potager sous l’eau ». Les plantes avaient une disposition claire et étaient serrées les unes aux autres. Les plantes à tige à couper et à repiquer en permanence jouent le rôle principal dans ce type de paysage.
Dans la forme moderne des aquariums naturels, on va reconstituer des scènes naturelles. Les mousses, fougères, roches et racines sont des plantes et matériaux qu’on ne trouve pas dans un aquarium « de style hollandais ».
C’est le photographe et designer d’aquariums Takashi Amano qui a particulièrement influencé le style d’aménagement de l’aquasacaping.

Que signifie le terme aquascaping?

La nature est l’inspiration …

Le nom vient du mot anglais « landscape » qui signifie « paysage ». Il a été transformé pour l‘aquariophilie en « aquascaping». L’aquascaping présente des styles très variés mais qui ont tous un point en commun – ils prennent tous pour modèles des paysages naturels au-dessus de l’eau.
L’observation et l’étude des paysages peuvent se faire tous les jours à l’occasion d’une promenade. Une chaîne de collines densément boisée ou une montagne, un chemin creux profond, des ravins ou un paysage de fleuve encaissé. De petits éléments peuvent aussi servir de modèle au décor : une paroi rocheuse recouverte de mousses ou une souche d’arbre couverte de mousse.

… et l’aquascaper un artiste…

Un « aquascaper » se nourrit de toutes ces impressions et imagine de premiers layouts (créations). Il n’est pas toujours important d’être fidèle aux détails, ce qui compte bien davantage est d’utiliser les plantes appropriées pour créer et entretenir dans l’aquarium l’atmosphère qu’offre un paysage naturel. Le terme « Layout » désigne la transposition d’une idée d’agencement dans une « photo d’aquarium ». Les différents matériaux donnent au paysage subaquatique en devenir son originalité. C’est une application artistique dans l’aquariophilie naturelle de l’esthétique japonaise (Wabi-Sabi).

…qui a besoin de matériel naturel…

La mise en place du substrat de fond, du gravier et du sable, constitue la base pour modeler les roches et les racines. En aquascaping, cette mise en place des roches et des racines, aussi désigné le « hardscape », a un rôle important. C’est là aussi que réside la différence avec l’aquariophilie classique.  Placer correctement les roches et racines adéquates est une forme d‘art à part entière. L’assortiment disponible dans le commerce est énorme et offre de magnifiques possibilités d’agencement quelle que soit la taille de l’aquarium. On peut bien sûr aller ramasser certaines choses dans la nature mais il faut dans ce cas veiller à ce qu’elles supportent une immersion dans l’eau ; les roches ne doivent pas durcir l’eau et le bois ne doit pas pourrir.

… pour réaliser une oeuvre d’art.

La sélection des plantes dépend du layout recherché ; prenons par exemple un paysage de montagne avec des alpages verdoyants. L‘Hemianthus callitrichoides « Cuba » est la plante idéale pour donner cette impression. Plus on s’éloigne d’un aquarium où pousse cette plante, plus se concrétise la vision de ce « paysage alpin ».


L‘« aquascaping » est une forme d’art et l‘« aquascaper » un artiste. Comme pour un peintre, il faut plusieurs semaines ou plusieurs mois avant qu’un tableau voit le jour, seule différence de l’aquarium : l’évolution se fait au quotidien. Par conséquent, entretenir un paysage jusqu’à l’apogée de la parfaite croissance des plantes est aussi une forme d’art.
l’Aquascaping n’est pas soumis à des règles vraiment strictes. Au contraire, il faut voir cela plutôt comme la réalisation d’un objectif à atteindre, qui se veut à la fois sympathique mais aussi ingénieux. Limiter l'imagination du « Scaper » serait contreproductif. Surtout si l’on considère que ces soi-disant  "réservoirs de rêves" servent véritablement à créer un « effet Wow. »

...