Dennerle goes Facebook

L’entreprise mise sur les réseaux sociaux – la barre des 1000 est déjà franchie au bout de juste deux mois

Depuis peu, Dennerle a sa propre page Facebook pour la marque ombrelle de l’entreprise. Selon le directeur marketing Thomas Feierabend, elle est très appréciée des utilisateurs. La participation est énorme : discussions animées, contributions créatrices et photos publiées. « Nous ne nous attendions pas à autant de réactions. C’est superbe d’obtenir le retour direct de nos clients », ajoute Thomas Feierabend.

 La nouvelle communauté comptait près de 400 membres au bout de seulement quelques jours. Le 1er septembre de cette année, Dennerle a franchi la barre des 1000. Et ce, après seulement deux mois. Jusqu’à présent, Dennerle est le représentant de la branche au plus grand succès dans le domaine des médias sociaux.

L’entreprise avait déjà acquis des expériences auparavant avec la page Facebook du Nano Cube Club [www.cubeclub.net] qui a déjà servi d’exemple positif, dans le cadre de divers évènements de la branche, pour la communication sur les canaux des médias sociaux dans la secteur des animaux domestiques. La page s’adresse exclusivement aux propriétaires Nano Cube et aux intéressés. Avec la nouvelle présence supplémentaire, Dennerle veut proposer une plate-forme communicative et informative sur les bassins, les plantes aquatiques et l’aquariophilie.

La particularité des réseaux sociaux est la possibilité de communiquer sur un pied d’égalité avec les clients et intéressés. Le client a un interlocuteur précis, on peut répondre à des questions sur les propres produits et recevoir des propositions d’amélioration. « Si nous-mêmes ou nos prestations font l’objet de critiques, il est souhaitable que cela se produise là où nous avons une influence directe et où nous pouvons réagir immédiatement », explique Thomas Feierabend. Le contact direct avec le groupe cible est seulement un avantage du web interactif, le simple échange de contenus multimédia peut être également utilisé de différentes manières.

De nombreuses entreprises ont reconnu cette tendance et emploient les réseaux pour augmenter leur notoriété et gagner de nouveaux clients. Dennerle informe également les utilisateurs Facebook sur ses produits et projets, le fait de participer suscité par le média prime toutefois. « Nous n’accablons pas les utilisateurs d’informations ou de messages publicitaires, mais attachons beaucoup d’importance à l’initiative », déclare Thomas Feierabend. Les utilisateurs peuvent ainsi publier leurs propres contenus et donner libre cours à leur imagination dans le cadre de diverses actions. Il n’est pas rare que les initiateurs soient surpris : une participante a par exemple impressionné l’entreprise palatine avec un poème qu’elle a écrit. En récompense, on lui a offert un Nano Cube. Selon Thomas Feierabend, cet exemple est la preuve des possibilités insoupçonnées du web social : « Avec notre page Facebook, nous essayons de proposer une plus-value aux utilisateurs et recevons en contrepartie une plus-value en guise de remerciement. »

Un certain risque est toutefois toujours lié aux opportunités qu’offre Internet. Dennerle en est conscient et planifie toujours toutes les activités Facebook à l’avance. Les contenus publiés sont donc toujours contrôlés et vérifiés sous les aspects de la protection des données et de la protection des mineurs. Le progrès vers les réseaux sociaux est un thème sérieux et nécessaire pour l’entreprise : « Un simple site Web ne suffit plus aujourd’hui. Nous ne pouvons et ne voulons pas nous cacher devant un tel développement », ajoute Thomas Feierabend. On ne suit pas une mode, mais on se sert d’un instrument de marketing qui est désormais devenu le standard d’une politique de communication moderne.

« Si nos clients sont actifs dans les réseaux, c’est logique que nous faisions de même », continue le directeur marketing.
L’offre sera plus étendue au cours des mois à venir. L’objectif est de créer une plus-value pour le commerce spécialisé. L’entreprise ne veut pas encore révéler de détails à ce sujet. L’entreprise reste sur ses gardes car « pour l’exprimer de manière modérée, nous avons déjà ressenti le comportement de quelques concurrents en matière de copie dans de nombreux domaines malheureusement », regrette Thomas Feierabend. Dennerle n’est pas le seul à faire face à ce défi dans la branche. Il est convaincu que finalement ce sont les participants au marché justes qui s’imposent. Et les utilisateurs sur les plates-formes des médias sociaux se rendent vite compte qui utilise des moyens loyaux pour attirer l’attention des clients et qui ne le fait pas.

...